Votre club est-il prêt à rejoindre le mouvement Sport sécuritaire?

Prévention des commotions cérébrales.   #MouvementMoiAussi.   Abus sexuels.   Poursuites en responsabilité.

Harcèlement.       Intimidation.       Discrimination.

Aujourd’hui, le « sport sécuritaire » revêt de plus en plus d’importance. Petit à petit, participants, parents, bénévoles et paliers gouvernementaux exhortent les organisations sportives et leurs bénévoles de tous les niveaux à améliorer leurs pratiques et à mettre en place des normes strictes et sophistiquées pour assurer la sécurité des participants et des bénévoles.

On pourrait être tenté de croire que cette réalité ne concerne pas le boulingrin. Pourtant, ce n’est tout simplement pas le cas. En février 2019, l’enquête « Shattered Trust » menée par CBC a révélé qu’aucun sport n’est à l’abri et que les problèmes sont répandus, tant à l’échelle locale que nationale. Une étude commandée par AthlètesCAN, une association indépendante d’athlètes, en arrive aux mêmes conclusions : les joueurs de boulingrin faisaient partie des participants du sondage dans le cadre de l’étude d’AthlètesCAN.

Le gouvernement du Canada a mis en œuvre une réforme massive sur le plan national, et les gouvernements provinciaux et territoriaux lui emboîteront le pas sous peu. Les organisations sportives, qu’il s’agisse de clubs locaux ou de fédérations de sport nationales, sont désormais tenues de respecter des normes de responsabilité plus élevées. En tant qu’organisation sportive locale, votre club de boulingrin N’EST PAS À L’ABRI de ces demandes, qu’elles proviennent du maire, de la municipalité ou du gouvernement provincial. Des règlements ou des lignes directrices sont vraisemblablement en cours d’élaboration, et l’ensemble des organisations de sport de votre région devront y adhérer.

À titre de club local, il existe TROIS MESURES à mettre en place qui auront un impact immédiat sur la sécurité de vos participants, de vos bénévoles et de votre club.

  1. Faites-vous les champions du mouvement Entraînement responsable (MER)

Bowls Canada Boulingrin a déclaré son engagement à l’endroit du MER l’an dernier et a plus récemment adopté une stratégie de mise en œuvre du mouvement Entraînement responsable. Cette dernière vise à donner les moyens à l’organisation et à ses entraîneurs nationaux de favoriser la sécurité dans le sport en tout temps. Elle englobe les trois éléments décrits ci-après.

  1. La règle de deux : cela signifie qu’un entraîneur ne doit jamais se retrouver seul ou hors de vue avec un mineur. À tout le moins, un bénévole, un parent ou un adulte dont les antécédents ont été vérifiés sera recruté pour satisfaire aux exigences de la règle de deux. Qui plus est, un des deux adultes en présence doit être du même sexe que l’athlète. BCB a par ailleurs renforcé cet élément : les entraîneurs ne doivent pas se retrouver seuls ou hors de vue avec un athlète, peu importe son âge.

 

  1. La vérification des antécédents : pour Bowls Canada Boulingrin, cela signifie que tous les entraîneurs de niveau national devront se soumettre à une vérification du casier judiciaire tous les trois ans, de même qu’à une vérification de l’habilitation à travailler auprès de personnes vulnérables.

 

  1. La formation : tous les entraîneurs nationaux devront suivre une formation Respect et sport pour les leaders. Ils devront aussi se soumettre à une évaluation dans le cadre du Programme national de certification des entraîneurs. Cette formation les prépare à détecter et à gérer les situations découlant de dilemmes en matière de sécurité ou d’éthique.

Dans quelle mesure cela vous touche-t-il? N’hésitez pas à vous engager à l’endroit du mouvement Entraînement responsable (MER). De nombreux parents et futurs joueurs potentiels de boulingrin reconnaîtront l’importance d’adhérer au mouvement et se sentiront plus à l’aise dans votre club. Votre adhésion signifie que votre club s’engage à mettre en pratique les trois éléments mentionnés précédemment.

La vérification des antécédents et les demandes de formation sont souvent perçues comme des obstacles. Ce n’est en fait qu’une chose de plus que nous demandons à nos bénévoles surchargés. Nombre d’entre eux ne pensent pas au fait que la vérification et la formation constituent des mesures les protégeant eux aussi. Bien que la vérification des antécédents soit gratuite pour les bénévoles dans certaines provinces, beaucoup de postes de police locaux trouvent que cette vérification engorge leurs systèmes et en font un service payant.

Bowls Canada Boulingrin mise sur le partenariat entre l’Association canadienne des entraîneurs et SterlingBackcheck (SBC), chef de file en matière de vérification d’antécédents au Canada, pour offrir un processus de vérification des antécédents criminels en ligne au coût de 25 $ (plus taxes) par demandeur. Le service Enhanced Police Information Check (E-PIC) de SBC propose une base de données sécuritaire pour entreposer et partager des résultats, gérer les renouvellements et suivre l’évolution des vérifications individuelles. Les bénévoles et les entraîneurs peuvent demander leur vérification E-PIC dans le confort de leur foyer en cliquant ici.

Bowls Canada Boulingrin est également à la recherche de solutions abordables pour aider les clubs à surmonter l’obstacle que représente la formation et espère avoir plus de réponses à leur fournir dès le début du mois d’octobre 2019.

 

  1. Informez vos membres au sujet des protocoles de gestion des commotions cérébrales

Le mouvement Sport sécuritaire n’a pas seulement trait au MER. Il touche aussi à la sécurité physique des participants. En 2018, le gouvernement de l’Ontario a adopté la « Loi Rowan ». Nommée en l’honneur de l’étudiante d’Ottawa décédée des suites d’une commotion cérébrale non diagnostiquée et subie dans un cadre sportif et scolaire, cette loi vise à améliorer la sécurité en matière de commotion cérébrale dans le sport amateur et compétitif. Et maintenant, chers lecteurs, je vous entends vous demander « mais quel est le rapport entre commotion cérébrale et boulingrin? ».

On reconnaît, à l’échelle nationale, que le boulingrin est un sport où le risque de commotion cérébrale est faible. Nos participants ne sont toutefois pas à l’abri de subir une commotion à l’extérieur du terrain de boulingrin. Si seulement une personne de l’entourage de Rowan Stringer avait su reconnaître les signes et les symptômes d’une commotion, cette histoire tragique aurait pu avoir une autre fin. Il est de plus en plus clair que les blessures à la tête sont plus communes que nous le pensons. Souvent associée à un coup sévère à la tête, la commotion cérébrale a aussi pour causes principales les chutes et les secousses soudaines de la tête et du cou (coup de fouet vertical ou whiplash).

Outre le fait que les protocoles de gestion des commotions cérébrales sont de plus en plus requis partout au pays pour les organisations sportives de tous les niveaux, il importe que nos entraîneurs et leaders sportifs soient en mesure de reconnaître les signes et symptômes d’une commotion ayant pu survenir à l’extérieur du terrain de boulingrin.

PROTOCOLE SUR LES COMMOTIONS CÉRÉBRALES DE BOWLS CANADA BOULINGRIN

Bowls Canada Boulingrin, en collaboration avec Parachute Canada (un organisme de sécurité reconnu à l’échelle nationale), a récemment publié un protocole national de gestion des commotions cérébrales spécifiquement conçu pour le sport du boulingrin. Celui-ci reconnaît que, bien qu’il soit possible qu’une personne pratiquant le boulingrin subisse une commotion cérébrale, cette probabilité demeure faible. Le protocole indique en outre qu’une personne peut subir une blessure à la tête dans un autre cadre et se présenter sur le terrain de boulingrin avec des signes et symptômes s’apparentant à ceux d’une commotion cérébrale. Êtes-vous prêts à gérer une telle situation? En ayant en place un protocole de gestion des commotions cérébrales, votre club sera en mesure de réagir.

Pour consulter le Protocole pour les commotions cérébrales de Bowls Canada Boulingrin, cliquez ici.

 

  1. Adoptez un code de conduite

Nous avons tous déjà entendu ces histoires : une personne A ne pensait pas ses propos blessants; ils ont été mal compris ou c’est simplement dans sa nature d’être un peu rude. Malheureusement, bien que la personne A soit insensible à un certain comportement, les individus qui gravitent autour d’elle en souffrent parfois. Dans le meilleur des cas, les gens se sentent mal à l’aise. Dans le pire des cas, les participants et les bénévoles délaissent leur sport ou une personne s’en retrouve blessée.

L’adoption d’un code de conduite qui énonce clairement les normes attendues permet à tous les membres d’un club de recenser et de nommer les comportements indésirables. Un code de conduite aide les membres et les participants à prendre de bonnes décisions quant à leurs gestes et actions. Qui plus est, il dote le club d’une norme objective en vertu de laquelle l’auteur d’un comportement indésirable peut être tenu responsable. Il permet d’éliminer les comportements conflictuels et intimidants qui poussent souvent les participants à l’abandon de leur sport.

Bien qu’un code de conduite ne constitue qu’une des nombreuses politiques fondamentales qui permettent d’établir des environnements sportifs sécuritaires et accueillants, il s’agit d’un pas dans la bonne direction. Vous pouvez consulter le Code de conduite de Bowls Canada Boulingrin ici.

En conclusion, il est vrai que le mouvement Sport sécuritaire peu paraître contraignant au premier abord. L’adoption de gestes concrets axés sur ces trois initiatives constitue une manière constructive d’amorcer un changement. Réflexion faite, le mouvement Sport sécuritaire fera des clubs de boulingrin de partout au Canada des environnements sécuritaires et accueillants pour tous.

 

Laisser un commentaire