Il existe de nombreuses voies potentielles dans le domaine du boulingrin. Certains boulistes apprécient le côté récréatif, tandis que d’autres aiment se dépasser en compétition. Certains ne s’arrêtent même pas là! Avec des programmes pour l’arbitrage, l’entraînement et le développement des clubs, les possibilités de progression et d’implication dans ce grand sport sont infinies. BCB s’est entretenu avec deux boulistes ambitieux au sujet de leur progression dans ce sport et de leurs expériences en compétition.

Darryl Fitzgerald est l’entraîneur national de développement de l’équipe du Canada. Il est passé de la compétition de boulingrin à l’entraînement en 2007 et a aidé de nombreux jeunes à réussir en compétition. Owen Kirby est l’un de ces jeunes boulistes qui a travaillé avec Darryl pour améliorer ses compétences et atteindre ses objectifs de compétition.

Q : Comment avez-vous commencé à jouer au boulingrin?

Darryl :

J’ai commencé à jouer au boulingrin avec mon père et son groupe d’amis de travail au Kitchener LBC vers 1995-1996.  C’était décontracté et il pensait que j’aimerais essayer, et je voulais vraiment quelque chose que mon père et moi pourrions faire ensemble.  J’ai été accroché presque instantanément et j’ai continué à revenir pour en apprendre davantage, et en plus, ces gars-là achetaient toujours de la pizza!  Finalement, nous avons déménagé sur les nouveaux terrains construits à Heritage Greens LBC et à partir de là, j’ai joué de plus en plus.  J’ai beaucoup appris des conseils donnés par des joueurs expérimentés et j’ai appris des choses au fur et à mesure.  Je n’ai pas vraiment commencé à jouer régulièrement avant 1997 et je n’ai pas participé à des compétitions de niveau provincial avant 2005.  

Owen :

J’ai été initié au boulingrin lorsque j’ai rendu visite à mon oncle lors des championnats nationaux de 2011 à Willowdale, ON. L’année suivante, mon père et moi sommes allés au Kitchener LBC et c’est là qu’a commencé notre aventure dans le monde du boulingrin.  J’étais nouveau et de nombreuses personnes m’ont donné des conseils sur la façon de lancer une boule. Mon premier lancer consistait à frapper le vert avec mon genou; cela a certainement changé depuis!

Q : Quand et pourquoi avez-vous fait le saut vers l’entraînement?

Darryl : 

Je suis devenu entraîneur principalement pour combler un vide que je voyais dans mon club local et dans mon district.  J’ai reçu un certain entraînement lorsque j’ai commencé, de la part de quelques grands boulistes expérimentés, mais personne n’était un entraîneur dévoué qui pouvait m’amener au niveau national que je voulais atteindre. J’ai commencé en 2007 en suivant le premier niveau de la formation d’entraîneur de club du PNCE.  Je m’en suis servi pour entraîner quelques juniors et gérer les affaires de notre club.  En 2013, je commençais à recevoir beaucoup plus de demandes pour aider les boulistes novices et les juniors comme Owen. En 2016, j’ai participé à ma première compétition mondiale junior et j’ai franchi l’étape suivante du PNCE pour devenir entraîneur de compétition. En 2019, j’étais un entraîneur de performance certifié.  

Q : Quand et pourquoi avez-vous commencé à travailler avec un entraîneur?

Owen : 

Darryl et moi avons commencé à nous entraîner autour de la saison 2014. À l’époque, Darryl proposait des entraînements aux membres de notre club et des clubs environnants. J’ai pris cela comme une opportunité d’élargir mes connaissances du jeu ainsi que mes compétences. Darryl et moi sommes finalement passés à des séances d’entraînement plus individuelles. Une fois que j’ai commencé à faire des séances plus individualisées, j’ai constaté que mon jeu s’était considérablement amélioré. J’ai voulu poursuivre l’entraînement avec Darryl car mon intérêt pour le côté compétitif du boulingrin s’est accru.  Je voulais m’améliorer en tant que joueur et atteindre mon objectif de l’époque, qui était de remporter les championnats des moins de 18 ans et des moins de 25 ans, ainsi que d’obtenir de bons résultats lors de l’événement du CNA de 2016.

Q : Comment vous êtes-vous rencontrés pour la première fois?

Darryl :

J’ai rencontré Owen en 2012 lors d’un tournoi junior que j’ai organisé et dirigé, car nos juniors n’avaient pas de véritables événements locaux en cours.  Owen est arrivé de Kitchener et il faisait 50 %, voire moins, de sa taille actuelle – un jeune bouliste tranquille.  Nous n’avons pas beaucoup parlé, mais quelques personnes ont dit qu’il était un bouliste à surveiller.  En 2014, lorsqu’il m’a demandé de l’aide et que nous avons commencé à travailler ensemble, il était obsédé par le boulingrin et avait pour objectif de gagner les catégories U18 et U25.  

Owen :

J’ai rencontré Darryl en 2012 lors d’un tournoi junior au Heritage LBC. 2013 a été le moment où j’ai participé à mon premier championnat national/majeur. Les saisons suivantes, en 2014, c’est à ce moment-là que l’entraînement a commencé avec Darryl. 

Q : Pouvez-vous décrire votre relation entraîneur-athlète?

Darryl :

Owen et moi sommes de bons amis et il a été un excellent joueur avec qui travailler.  Nous avons une relation plus unique car nous avons été amis d’abord, puis entraîneur-athlète ensuite. Donc, nous avons plus que des boules, des rapports et des entraînements – c’est une bonne amitié.  J’aime à penser que je connais Owen assez bien et que nous pouvons nous entendre en tant que pairs sur le terrain, mais aussi en tant qu’entraîneur et joueur.  Je pense que c’est ce qui a rendu notre travail ensemble plus significatif et plus fructueux.  

Owen :

Darryl est un bon ami à moi et un excellent entraîneur. S’il n’y a jamais eu un entraîneur et un joueur actuel à qui prendre des leçons, Darryl Fitzgerald doit être dans la conversation. Ayant connu Darryl avant qu’il ne devienne entraîneur, la transition vers une relation entraîneur-athlète s’est faite en douceur. Il me comprend en tant que joueur et en tant  que personne et je pense que cela ajoute une couche spéciale à notre situation en tant qu’entraîneur, athlète et ami. J’ai trouvé qu’il me soutenait dans les moments d’accomplissement et dans les moments de défaite, le point culminant étant le championnat des moins de 18 ans lorsque nous avons brandi le trophée ensemble.

Q : Quels sont les moments forts de votre entraînement?

Darryl :

J’ai quelques moments forts de ma carrière d’entraîneur.  Travailler avec Owen est l’un des plus importants car son travail, sa détermination et le temps que j’ai passé à l’aider ont beaucoup compté pour moi en tant qu’ami, mais aussi pour valider tout ce que je fais en tant qu’entraîneur.  Son travail acharné et sa concentration l’ont conduit à l’incroyable exploit de remporter non seulement le championnat des moins de 18 ans, mais aussi le championnat des moins de 25 ans l’année suivante.  Ce n’est pas quelque chose que beaucoup de boulistes juniors peuvent dire qu’ils ont fait, et je ne pourrais pas être plus fier de cela.  De plus, le temps que j’ai passé à soutenir les jeunes en Australie a été incroyable.  Le Championnat du monde junior et le Championnat du monde jeunesse m’ont donné un moment spécial pour créer des liens avec certains boulistes talentueux en devenir, dont beaucoup font maintenant partie de l’équipe nationale senior.  Chaque fois que je peux créer des liens et aider un joueur de quelque manière que ce soit, petite ou grande, c’est spécial et je chéris chaque moment où je suis sur la ligne de touche pour les soutenir. J’ai pu être là lorsque Pricilla Westlake a remporté la toute première médaille d’or mondiale des jeunes du Canada, ce que je n’oublierai jamais.

Q : Pensez-vous faire le saut vers l’entraînement un jour?

Owen :

Pour l’instant, je me concentre sur le fait d’être le meilleur joueur que je puisse être, et j’espère atteindre mes objectifs dans la compétition de boulingrin. Je pense que l’entraînement requiert un certain caractère; il faut posséder une connaissance approfondie du jeu et avoir l’expérience de la compétition de haut niveau. Tout le monde peut obtenir une certification, mais il faut beaucoup de dévouement, de travail, d’expérience et de connaissances pour devenir un bon entraîneur.


0 Comments

Leave a Reply

%d bloggers like this: